ChatGPT va-t-il faire disparaître les rédacteurs web SEO ?

En tant que rédactrice web, il ne se passe pas une semaine sans qu’on me demande si je ne crains pas pour mon job avec l’arrivée de ChatGPT. Non seulement ce n’est pas le cas, mais je pense même qu’il risque d’y avoir prochainement une pénurie de rédacteurs web SEO (c’est d’ailleurs déjà le cas et j’y reviendrai). Paradoxalement, c’est au moment où l’IA explose que la nécessité de créer du contenu original, créatif et de qualité devient de plus en plus pressante. Avec un marché qui part à ce point dans tous les sens, il y a de quoi devenir fou ! 

Dans cet article, je vous aide à démêler le vrai du faux sur l’IA et sur ChatGPT en particulier. Je vous explique surtout pour quelles raisons je ne vois pas l’arrivée de l’intelligence artificielle dans le monde de la rédaction web d’un si mauvais œil.

Pourquoi ChatGPT a du mal à remplacer les rédacteurs web SEO ?

ChatGPT reconnaît lui-même ne pas savoir faire le tri entre les informations

Un rédacteur doit d’abord parvenir à établir une ligne éditoriale et un planning de rédaction susceptible d’apporter du trafic qualifié. Une fois cela fait, la rédaction d’articles optimisés pour le SEO comprend 5 étapes essentielles : 

  • Trouver les mots-clés pertinents pour se positionner stratégiquement sur les moteurs de recherche ;
  • Chercher des sources fiables pour dénicher des informations à jour et instructives qui serviront à la rédaction ;
  • Choisir un angle et un point de vue argumenté (le lecteur se fera ensuite son propre avis mais un rédacteur web doit généralement prendre position) ;
  • Réfléchir à la structure de son article pour le rendre agréable à lire et pertinent pour la cible visée ;
  • Rédiger l’article en respectant les règles d’optimisation SEO.

Dès l’étape 2, à savoir la recherche de sources fiables, l’IA nous fait faux bond. Personne ne sait comment ChatGPT récupère les informations dont il se sert pour rédiger ses textes. Parfois, le résultat prête à sourire, comme les fameux “œufs de vache” qui a fait long feu sur les réseaux sociaux. Dans les faits, c’est assez problématique car on peut craindre une propagation exponentielle de fausses informations et autres “fake news”. C’est aussi la crédibilité de certains sites web qui peut être mise à mal si cette technologie est mal utilisée.

ChatGPT le reconnaît lui-même : il ne sait jamais si ce qu’il dit est vrai ou non ! Voici ce qu’il m’a répondu lorsque je lui ai posé la question :

Chat GPT réponse sources

Un agent conversationnel qui n’apporte pas de connaissances approfondies

Mais pas besoin d’aller jusque là pour trouver des failles presque aussi grosses qu’un œuf de vache à ChatGPT. L’IA manifeste des limites à bien d’autres égards et les rédacteurs web SEO sont les premiers à s’en apercevoir. Les sites qui font appel à des rédacteurs web attendent des contenus à haute valeur ajoutée pour se démarquer de la concurrence. Ils ne paient certainement pas pour faire du remplissage. Ça, ils pourraient très bien le faire eux-mêmes. Personnellement, lorsque je rédige un article sur un sujet que je maîtrise mal, je passe autant de temps à collecter des informations qu’à rédiger. La recherche d’informations fiables et détaillées prend du temps ! Sans compter tout le travail de pédagogie à faire lorsque le sujet est complexe.

D’ailleurs, je me suis amusée plusieurs fois à regarder ce que ChatGPT aurait pu produire à ma place sur un sujet donné. 

Le résultat est sans appel. Certes, ChatGPT m’a parfois bluffée dans sa capacité à produire des textes fluides et sans (trop) de maladresses de style. Je lis régulièrement des articles rédigés par des rédacteurs web débutants qui n’arrivent parfois pas à ce niveau. Moi-même j’aimerais être capable d’écrire aussi bien en si peu de temps !

Mais ça s’arrête là. Le contenu produit est à chaque fois d’une pauvreté abyssale, fade et surtout… sans aucun enseignement véritable. De plus, même si le style n’est pas désagréable, il est (comme on pourrait s’y attendre) assez robotique. Adieu humour et envolée lyrique, ChatGPT ne fait sourire que malgré lui (ah les fameux œufs de vache !).

Dès lors qu’il faut approfondir un élément en donnant des chiffres ou étayer un point de vue, ChatGPT ne répond plus (au sens figuré bien sûr, car ChatGPT a toujours réponse à tout !). On se retrouve avec des contenus qui ressemblent plus à un empilement de lieux communs qu’autre chose. Ce n’est pas toujours faux, c’est surtout insuffisamment développé pour apporter réellement des informations utiles au lecteur.

Comme son nom d’agent conversationnel l’indique, ChatGPT, c’est bien pour faire la conversation en somme !

Qu’est-ce qui va changer avec l’arrivée de l’Intelligence Artificielle ?

Je ne sais pas si vous êtes passé faire un tour sur la plateforme Textbroker récemment, mais pour avoir connu “l’âge d’or” du site (soit il y a un peu plus d’un an), c’est assez édifiant. Depuis peu, c’est le calme plat et on ne trouve plus aucune commande disponible en “open order” (les commandes ouvertes à tous et payées une misère).

Petit aparté pour ceux qui ne connaissent pas la plateforme. Textbroker, c’est un peu la case obligée de tous les rédacteurs web débutants. Il faut dire que ce site ne manque pas d’atouts lorsqu’on débute : 

  • L’inscription est simple et rapide.
  • Une fois inscrit, il vous suffit de consulter les “open order” disponibles et de choisir la commande qui vous intéresse ;
  • Le principe de fonctionnement permet de se familiariser avec la prise de brief et le type de commande qu’on peut recevoir. C’est aussi un excellent moyen de vérifier si le métier nous correspond ou non ;

Vous l’aurez compris, l’expression “rédacteurs web débutants” revient très régulièrement lorsqu’on parle de Textbroker. Et c’est justement là que le bât blesse ! Textbroker est l’exemple typique du modèle de rédaction web que l’IA est en train de tuer. 

Les contenus à faible valeur ajoutée et mal optimisé pour le SEO sont légion sur cette plateforme. Autant dire que ChatGPT fait souvent aussi bien, voire mieux, pour un tarif imbattable !

C’est pour ça que je vous invitais à faire un tour sur la plateforme. J’ai connu une époque pas si lointaine où il y avait sans cesse des dizaines de contenus disponibles simultanément en open order. Aujourd’hui, cette page est vide 95% du temps. 

Il est donc évident que certains rédacteurs web souffrent de l’arrivée de l’IA dans nos vies. Mais c’était à prévoir et à vrai dire, ça fait plus d’un an que les rédacteurs web le sentent venir gros comme l’œuf de vache au milieu de la prairie. Jasper.ai qui existe depuis 2015, propose des contenus souvent plus poussés que ChatGPT (même s’il est tout aussi opaque concernant la récupération des sources). Les rédacteurs web qui écrivent des textes peu qualitatifs (manque de rigueur, lourdeur de style, syntaxe approximative…) et qui n’ont pas été formés au SEO, sont donc en première ligne depuis bien longtemps. Ce sont eux qui disparaissent ou doivent apprendre à travailler autrement pour survivre sur le marché.

Pourquoi les rédacteurs web SEO deviennent encore plus indispensables qu’avant ?

Le développement de l’IA face à Google : l’évolution schizophrénique du marché de la rédaction

On arrive à l’aspect le plus intéressant à mon sens de ce qui est en train de se produire dans le domaine de la rédaction web. Les récentes mises à jour dans les algorithmes Google montrent que le marché évolue dans deux sens diamétralement opposés : 

  • D’un côté, ChatGPT tend à diminuer la production de contenus à haute valeur ajoutée, fiables, originaux et créatifs ;
  • De l’autre côté, Google accélère sur sa capacité à mettre en valeur les contenus premium (donc “à haute valeur ajoutée, fiables, originaux et créatifs” !) ;

Que va-t-il se passer à votre avis ? Nul besoin d’être devin pour comprendre que Google aura le dernier mot en raison de son monopole. Ranker sur Google est toujours la seule clé valable pour développer son trafic organique et les sites web n’auront qu’à s’adapter.

Dans ces conditions, la plupart des agences SEO ont bien compris qu’il fallait renforcer les équipes rédactionnelles (alors qu’on aurait pu croire l’inverse). Le secteur du web devient chaque jour plus concurrentiel et les conditions pour être dans le haut de la SERP* sont de plus en plus exigeantes. C’est pour cela que la rédaction web SEO a encore de beaux jours devant elle. 

*SERP : les 10 premiers résultats de Google

Un métier encore plus demandé qu’avant

Je discute d’ailleurs régulièrement avec des rédacteurs web qui exercent depuis plus de 5 ans et ce sont les premiers à me dire que le marché s’est nettement amélioré en quelques années. Aujourd’hui, les rédacteurs web sont demandés à peu près partout, surtout lorsqu’ils sont capables de produire des contenus à haute valeur ajoutée. Les spécialistes ( santé, juridique…) sont encore plus prisés et doivent régulièrement refuser des commandes. Tout le monde peut donc tirer son épingle du jeu car il y a de la place sur ce marché en expansion ! 

Faut-il avoir peur de l’IA pour l’avenir ?

L’IA n’en est encore qu’à ses prémices et il est certain que cette technologie devrait s’améliorer dans les années à venir. Pour les rédacteurs web qui s’étaient spécialisés dans la rédaction de fiches produits et dans le content spinning*, ChatGPT est clairement une menace. En revanche, ceux qui écrivent du contenu premium avec pour objectif de figurer en première page sur des requêtes concurrentielles n’ont aucun souci à se faire. Peut-être que si ChatGPT était arrivé sur le marché il y a une dizaine d’années, la menace aurait été réelle. Aujourd’hui, les exigences de Google en termes de qualité de contenu, d’originalité (et même de style !) sont telles qu’il y a encore peu d’ inquiétude à se faire.

*content spinning : reformulation de contenu existant

Laisser un commentaire