Tarifs du rédacteur web : le guide complet en 2024

Fixer ses tarifs en rédaction web est une étape essentielle. Mais pour éviter qu’une des deux parties ne se sente lésée, encore faut-il avoir une vision claire des missions du rédacteur web freelance. Combien coûte un rédacteur web en fonction du type de contenus et du niveau d’expertise en 2024 ? Comment faire baisser la facture sans brader ses tarifs ? Est-ce que l’arrivée de l’IA change la rémunération des rédacteurs web ? Je vous fait profiter de tout ce que j’ai pu observer en tant que rédactrice web freelance.

Un rédacteur web n’écrit pas que des articles. Il peut être amené à effectuer des dizaines de missions différentes : création de posts pour les réseaux sociaux, rédaction de newsletters, création de page Google My Business, fiches produits… Voyons tout cela en détail avec un tableau des prix pour chaque type de contenus.

Qualification du rédacteur Contenu basique Contenu expert
Non expert, débutant SEO 0,05 € / mot à éviter
Non expert, formé au SEO et à la recherche de sources fiables 0,08 € à 0,12 € / mot 0,15 € à 0,20 € / mot
Expert dans un domaine, sans formation SEO 0,08 € à 0,10 € / mot 0,15 € à 0,25 € / mot 
Expert dans un domaine, formé au SEO 0,08 € à 0,12 € / mot 0,15 € à 0,30 € / mot (voire plus)
Les tarifs pour la rédaction d’articles de blog

Ce tableau montre que le niveau d’expertise ne suffit pas à être un bon rédacteur web, en particulier lorsque le niveau requis peut être facilement atteint (thématiques généralistes type tourisme, loisir, bien-être…). Dans ce cas-là, l’expertise SEO compte plus que la connaissance du secteur. Un rédacteur web SEO est formé à la recherche de sources fiables autour d’un sujet. De plus, l’optimisation pour les moteurs de recherche sera essentielle dans ce genre de cas, car il s’agit généralement de thématiques très concurrentielles.

Néanmoins, vous devrez généralement faire appel à un consultant SEO expérimenté dans un second temps pour optimiser son placement dans les moteurs de recherche et améliorer l’expérience utilisateur.

Pour rappel, ce sont toutes les pages vitrines d’un site Internet : 

  • Page d’accueil ;
  • Page “à propos” ;
  • Page services ;
  • Page contact ;

D’après ma propre expérience et les témoignages que j’ai pu collectés autour de moi, voici les tarifs : 

  • de 200 € à 300 € HT pour la création d’une page d’accueil ou “à propos” ; 
  • Environ 100 € HT pour de la réécriture partielle.

Pour ces tarifs, vous pourrez espérer environ 1500 mots par page. Bien sûr, ces prix sont indicatifs et peuvent varier en fonction : 

  • Du niveau d’expertise demandé ;
  • Du nombre de mots ;
  • De l’importance du site Internet (l’enjeu en termes de trafic peut faire monter les prix) ;

Rappelons que ces pages sont hautement stratégiques pour plusieurs raisons : 

  • Elles donnent le “la” de votre site internet : son but, ses services, son histoire, ses valeurs… 
  • Ce sont bien souvent les pages les plus consultées (en particulier la page “à propos”) ;
  • Elles permettent aux moteurs de recherches de comprendre votre site Internet (ses thématiques, son domaine d’expertise…) ce qui a une importance capitale pour le référencement naturel ;

Elles sont donc essentielles et doivent être mûrement réfléchies à tous les niveaux : ton, mots-clés, requêtes cibles, style…

5 pages (1500 mots)10 pages (3000 mots) 15 pages (4000 mots)
Contenu medium250 € – 450 €400 € – 600 € 500 € – 750 €
Contenu expert500 € – 1 500 €800 € – 3 000 €1000 € – 4 000 €
Les tarifs des livres blancs

Pourquoi les tarifs des livres blancs sont si élevés ?

C’est un exercice qui peut être laborieux et qui nécessite un gros travail de mise en page. Un livre blanc doit être :

  • Clair et concis ;
  • Pédagogique (même si les informations sont complexes) ;
  • Correctement étayé et chiffré ;
  • Riche en contenus (visuels, tutoriels, infographies…);

De plus, l’enjeu d’un livre blanc en termes de “content marketing” peut être important. Les tarifs doivent donc être à la hauteur de l’enjeu, ce qui explique des coût parfois très élevés.

e-book de 12 500 motse-book de 25 000 mots e-book de 38 000 mots
Contenu basique500 €1 000 €1 500 €
Contenu medium1 100 €2 250 €2 750 €
Contenu expert1 900 €3 750 €5 600 €
les tarifs des e-books

Pourquoi les tarifs diffèrent autant d’un e-book à l’autre ?

Les thématiques et attentes en termes de qualité de contenu peuvent être extrêmement diverses. Pour des textes très généralistes qui ne nécessitent pas énormément de recherches poussées, les tarifs peuvent être très compétitifs. Ils peuvent facilement grimper dès lors que les exigences sont plus importantes (en termes de richesse de contenu, d’originalité, de storytelling…).

C’est une mission en voie d’extinction car ChatGpt fait généralement très bien le job et les rédacteurs web ne se bousculent pas pour réaliser ces missions peu palpitantes…

Sachez néanmoins que le tarif au mot se situe généralement autour de 5 centimes (0,05 €/mot).

Prévoyez également que les rédacteurs web peuvent remplir de nombreuses autres casquettes :

  • Rédiger des newsletters ;
  • Ecrire pour les réseaux sociaux ;
  • Réaliser des infographies.

Ce sont des prestations moins courantes pour un rédacteur web, donc il n’est pas forcément facile de s’y retrouver. Prenons l’exemple de la newsletter. Etant donné que le temps requis peut considérablement varier d’une newsletter à une autre, la meilleure méthode est de faire un test :

  • Côté rédacteur, partez sur une fourchette la plus large possible et proposez là à votre client. S’il accepte, réalisez la mission en chronométrant le temps que vous a pris la mission. Si vous vous apercevez que vous devez viser la fourchette haute des prix, expliquez bien à votre client les étapes qui justifient ce tarif. Si la mission a finalement été plus rapide qu’escompté, ce sera normalement simple de le convaincre !
  • Côté client, je vous conseille de partir sur un forfait horaire en fonction du temps que vous estimez devoir y passer vous-même. Ensuite, vous pouvez viser la fourchette basse des prix où une fourchette plus haute. Les tarifs commencent aux alentours de 20 € de l’heure en rédaction web (j’en parle dans la suite de l’article). Si vous estimez que cela prend environ deux heures, vous pourrez donc proposer 40 € pour la création d’une newsletter.

Les tarifs de la réalisation d’une newsletter ou d’une infographie peuvent considérablement varier, car l’exercice est mal délimité. Le mieux est de faire le test pour estimer le temps nécessaire, puis fixer la bonne rémunération en fonction d’un tarif horaire (généralement compris entre 20 et 40 € en rédaction web).

J’ai fait la différence entre contenu basique et contenu complexe, mais c’est parfois la thématique en elle-même qui entraîne des coûts plus élevés. 

Suivant la thématique, le coût d’un rédacteur web peut considérablement varier, car certains domaines nécessitent de posséder des prérequis parfois conséquents. Or, l’expertise est rare… donc chère !

Voici quelques thématiques qui justifient des tarifs élevés : 

  • La finance (bourse, conseils en défiscalisation, crypto-monnaies…). C’est un domaine dense, qui nécessite de maîtriser un vocabulaire riche, des formules et une législation parfois pointue. Il faut aussi se mettre régulièrement à jour de toutes les réglementations et tendances du secteur ;
  • Le droit. Même si les sous thématiques peuvent être nombreuses (droit fiscal, droit pénal, droit des affaires…), les tarifs seront toujours élevés, car il faut trouver un rédacteur déjà formé au raisonnement juridique. La rigueur et une veille régulière sont aussi indispensables en droit ;
  • La médecine. Surtout s’il s’agit de contenus rédactionnels très pointus, car la santé est un domaine très sensible, dans lequel le droit à l’erreur n’existe pas. Les articles doivent être sérieux et fiables, en particulier lorsqu’ils prodiguent des conseils santé ;

Ce ne sont là que des exemples. Pour savoir si vous devez recourir à un rédacteur web premium, demandez-vous si : 

  • Vous êtes dans un domaine où les pratiques / réglementations évoluent vite ;
  • La recherche d’informations pour écrire les textes est indispensable, même pour une personne déjà habituée à ces thématiques ;
  • Le nombre de rédacteurs susceptibles d’être experts dans ce domaine est réduit ;

Si vous vous trouvez dans au moins deux de ces situations, vous devrez viser la fourchette haute des prix (voir le tableau en haut de l’article dans la colonne “contenu expert”). Dans le cas contraire, vous risquez de vous retrouvez avec des textes trop généralistes, médiocres, voire erronés. C’est une très mauvaise stratégie, car la fréquentation de votre site pourrait ne jamais décoller (les moteurs de recherche sont intransigeants sur la qualité de contenu).

Un rédacteur web payé au rabais, risque de vous fournir une prestation… au rabais. Surtout s’il connaît mal le domaine en question. Mieux vaut pas d’article du tout qu’un ramassis de banalités sur un sujet complexe.

La plupart des rédacteurs web facturent au mot. C’est commode mais pas toujours idéal.

Avant de vous expliquer les avantages de la facturation horaire, voici un tableau pour calculer les équivalences entre les différents modes de tarifications :

Tarif au motTarif à l’heureTarif à la journée
Tarif débutant0,05 €20 €160 €
Tarif standard0,10 €30 €240 €
Tarif expert0,15 € (ou plus)40 € (ou plus)320 € (ou plus)
Les équivalences entre tarif au mot et forfait heure / jour

Si vous connaissez les plateformes de freelances, le tarif à la journée doit vous évoquer le baromètre Malt. J’en profite pour vous avertir que ce type de baromètre n’est pas forcément très fiable. En effet, contrairement à ce qui est indiqué sur la plateforme, les rédacteurs malt facture le plus souvent au mot. Les tarifs journaliers sont donc purement indicatifs et ne reflètent en rien leur rémunération réelle (qui est souvent en dessous de ce qui est indiqué).

Il faut compter entre 2 et 5 heures en moyenne pour rédiger un article de 1500 mots. Comme vous le voyez, le temps de rédaction d’un article peut donc considérablement varier d’un texte à l’autre.

Il peut en effet arriver qu’un rédacteur web estime mal le temps nécessaire à la recherche d’informations. Si le sujet est particulièrement dense avec des sources fiables difficiles à trouver, il peut avoir de mauvaises surprises. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le rédacteur web n’est alors pas toujours le perdant de l’histoire. La situation est mauvaise à tout point de vue : 

  • Le rédacteur sera amer d’avoir passé autant de temps pour une si faible rémunération ;
  • Le client peut se retrouver avec un article incomplet parce que le rédacteur aura fini par jeter l’éponge et bâcler son travail.

Par ailleurs, la facturation au mot est rarement favorable au rédacteur web. Beaucoup de rédacteurs sont heureux de pouvoir facturer leurs prestations 10 centimes du mot. On est assez loin des tarifs des pigistes qui facturent au feuillet (250 mots environ). Comptez entre 40 et 80 € par feuillet en moyenne, soit entre 0,16 et 0,32 € du mot. La rémunération au mot d’un pigiste est donc souvent bien plus élevée !

Lorsqu’il existe un rapport de confiance entre le rédacteur et son client, il est tout à fait envisageable de facturer à l’heure, voire à la journée. Je fonctionne comme ça avec certains clients et ça se passe très bien : 

  • Côté client, le forfait horaire (ou forfait jour) est un bon moyen de fidéliser son rédacteur et de pouvoir compter sur des contenus de qualité quel que soit le sujet ;
  • Côté rédacteur, ce type de rémunération est beaucoup plus confortable puisqu’il lui permet de pouvoir adapter son temps de travail lorsque le niveau de recherches l’exige. Il n’aura jamais le sentiment d’avoir bâclé son article pour rester rentable, ce qui est valorisant et satisfaisant.

La plupart des rédacteurs web aiment le travail bien fait ! Bien souvent, la satisfaction client est notre plus belle récompense. Si vous avez peur de vous faire arnaquer par un mauvais rédacteur web, sachez que beaucoup font plus que leurs heures pour rendre un travail de qualité

La plus célèbre est Textbroker mais il en existe beaucoup d’autres (Wriiters, redacteur.com, 5euros.com). Les tarifs sont généralement très bas, même s’ils peuvent varier en fonction de la thématique. Sur la plateforme Textbroker, comptez :

  • 0,012 € / mot pour une commande en “open order” avec un rédacteur 4 étoiles (la note maximale pour un rédacteur qui a rédigé moins d’une vingtaine de textes sur la plateforme) ;
  • 0,03 € à 0,05 € / mot en moyenne pour une commande en “direct order” ou en “équipe” (commandes qui permettent d’avoir accès à un rédacteur expérimenté ou spécialiste d’un sujet) ;

Le problème, c’est que ces tarifs sont très bas et les rédacteurs qui écrivent régulièrement pour cette plateforme sont dans l’obligation de bâcler leur contenu pour rester rentable. Les autres fuient ce genre de plateformes dès lors qu’ils ont pris un peu d’assurance et souhaitent vivre de la rédaction web sans travailler 80h par semaine (ce fut mon cas).

Vous pouvez faire appel à un rédacteur web dans un pays où le niveau de vie est beaucoup plus bas qu’en France. Le plus grand vivier de rédacteurs web hors de France est certainement Madagascar, mais vous pouvez aussi trouver des rédacteurs web au Bénin ou encore au Mali. Vous y trouverez facilement des rédacteurs qui proposent des tarifs de rédaction à 0,02 € du mot environ.

J’ai dû optimiser par le passé des articles écrits par une Malgache à la demande d’un client, donc j’ai une petite expérience en la matière (qui reste un cas particulier et ne reflète en rien la totalité du marché off shore). Les articles étaient suroptimisés pour le SEO ce qui présentait un risque pour le site. Mais c’est surtout en termes de syntaxe et de construction du plan que j’ai observé de grosses lacunes. Ces défauts mis à part, les textes présentaient un rapport qualité/prix plus que correct (rappelons que 0,02€ du mot, c’est extrêmement bas !).

Il est difficile de faire des généralités sur la rédaction off shore, sachez néanmoins que ce type de rédaction à bas coûts n’a pas bonne presse. Les clients qui croient faire des économies sont rarement satisfaits, car ces rédacteurs n’ont généralement pas de formation en rédaction web SEO

Les agences de rédaction ne permettent pas de faire des économies et je vous explique pourquoi. D’une part, les rédacteurs web embauchés via une agence sont généralement payés autour de 0,08 € / mot. Ces tarifs peuvent sembler très corrects, mais il faudra rajouter d’autres dépenses qui risquent de faire rapidement exploser votre budget. Eh oui ! Il faut payer le rédacteur, mais aussi la personne qui effectue le brief, le relecteur et bien sûr, l’agence. Toutes ces dépenses risquent de faire grimper la facture bien au-delà des 0,15 € / mot. De plus, le découpage de toutes ces étapes peut sembler judicieux, mais il peut parfois se faire au détriment de la qualité, ce que je vous explique plus bas en vous racontant ma propre expérience.

Avant cela, voyons comment faire baisser les tarifs sans rogner sur la qualité des contenus.

J’ai beau gagner ma vie grâce à la rédaction web, je sais qu’il n’est pas toujours simple pour les clients d’accepter de débourser des centaines d’euros tous les mois dans de la rédaction de contenus. Ce n’est pas nécessairement un gros poste de dépense mensuel, mais c’est une charge fixe et régulière, ce qui n’est pas toujours facile à gérer.

Mais si la rédaction web a un coût parfois important, ce n’est pas sans raison. On oublie vite que les étapes sont nombreuses : 

  • Elaborer une ligne éditoriale et un planning éditorial (stratégie de visibilité) ;
  • Rechercher des sources fiables ;
  • Trouver des images libres de droit (parfois même créer des visuels) ;
  • Élaborer un point de vue original et innovant (un vrai rédacteur web SEO ne doit pas se contenter de reformuler des contenus existants !) ;
  • Rédiger (avec tout ce que cela comporte de points de vigilance : syntaxe, typographie, style, copywriting, relecture, maillage interne…) ;
  • Optimiser pour les moteurs de recherche (mots-clés, intention de recherche, balises title, metadescription…) ;
  • Intégrer sur un CMS type WordPress ; 

Précisons également qu’un rédacteur web SEO performant devra compter sur des outils qui ont un coût !

Pour mettre en place une stratégie SEO efficace, il est difficile de se passer de logiciels en 2023. Le rédacteur devra donc payer des abonnements (type SemRush, Ahrefs ou encore YourTextGuru), qui valent tous une centaine d’euros par mois. C’est l’une des raisons pour lesquelles faire appel à un rédacteur web pas cher vous fera faire de fausses économies.

L’avantage d’avoir découpé ces étapes, c’est qu’on va pouvoir attribuer un coût à chacune d’entre elles.

Si vous confiez au rédacteur web l’entièreté des missions, cela vous coûtera plus cher que si vous lui fournissez : 

  • Les cocons sémantiques ;
  • La charte éditoriale (le ton, les attentes en termes de structure…) ;
  • Les sujets ;
  • Un brief complet (les mots-clés, les thèmes à aborder…) ;

… Et si vous intégrez vous-mêmes vos contenus, c’est encore moins bien sûr !

C’est surtout le fait de fournir des sujets et un brief qui va vous permettre de baisser le prix: 

  • Quand le brief est fourni, un rédacteur peut accepter de réduire ses tarifs de 0,02€ à 0,04 € le mot ;
  • Quand vous vous occupez d’intégrer l’article, la réduction sera également de 0,02 € par mot en moyenne.

Exemple

Pour un article de 2000 mots :

  • 0,012 € du mot sans brief de la part du client > 0,09 € du mot avec brief = 60 € d’économie par article.
  • 0,012 € du mot sans intégration par le client > 0,10 € du mot avec intégration = 40 € d’économie par article.

Attention néanmoins, j’ai travaillé avec une agence qui me fournissait les sujets et les briefs. Pourtant, je passais plus de temps à rédiger ces articles que des contenus pour lesquels j’assurais l’ensemble de la chaîne.

En cause, les briefs étaient très succincts, voire erronés. En approfondissant le sujet, je m’apercevais régulièrement qu’il y avait des erreurs et je devais faire machine arrière. Je devais aussi justifier ces ajustements en expliquant à l’agence pourquoi je n’avais pas pu suivre le brief (ce que l’agence comprenait tout à fait au demeurant).  

Cette expérience m’a appris une leçon : mieux vaut pas de brief du tout, qu’un plan fait à la va-vite qui risque de faire perdre du temps au rédacteur.

Mais des clients experts dans leur domaine seront plus à même de fournir un brief pertinent qu’une agence. C’est donc une mission qu’ils peuvent très souvent remplir s’ils souhaitent calmer les dépenses, sans perdre du temps à rédiger eux-mêmes les articles.

Il est possible (voire conseillé) de faire appel à un rédacteur web capable de rédiger des articles bien copywrités. Dans certains cas, cela n’engendrera aucun coût supplémentaire.

Être rédacteur web SEO, c’est écrire pour les moteurs de recherche, mais c’est surtout être capable d’accrocher l’attention des internautes. Il faut aussi savoir se montrer persuasif et leur transmettre les valeurs de l’entreprise. Embaucher un rédacteur web SEO bon en marketing de contenu sera donc un sérieux plus !

Vous ne paierez pas nécessairement plus cher un rédacteur web doué en copywriting pour des articles de blog classiques. Le marché de la rédaction web est très concurrentiel et de bonnes bases en copywriting sont désormais essentielles pour attirer les clients. C’est également une compétence qui s’apprécie a posteriori.

Un rédacteur web SEO peut très bien se proclamer expert en copywriting et fournir des contenus qui ne convertissent pas. C’est la même chose avec le storytelling. Faites attention aux rédacteurs qui se vendent un peu trop bien : demandez leur la preuve de ce qu’ils avancent avant de leur faire confiance !

En revanche, si vous faites appel à un rédacteur web pour rédiger des pages de vente, cela se passe différemment. Nul besoin de compétences en SEO dans ce genre de cas, car les pages de vente ont généralement vocation à être envoyées par mail ou sur des annonces (display, google ads…).

On conseille généralement de payer le copywriter en pourcentage de résultats : comptez 5 à 10% du chiffre d’affaires généré grâce à la page. Mais cela peut être très variable. La marge du client joue un rôle capital puisqu’on peut supposer que des marges élevées sont plus difficiles à vendre que de faibles marges. Il faudra donc les répercuter sur la rémunération du copywriter pour rester attractif et le motiver.

Oui et non. ChatGPT remplace le rédacteur web dans certaines missions qui lui étaient autrefois dévolues. Parmi elles : 

  • La rédaction de fiches produits ;
  • La reformulation de contenus existants ;
  • La retranscription de contenus audios en textes (podcasts, vidéos YouTube…)

Pour ce genre de travail, ChatGPT est imbattable et remplace très bien les rédacteurs web (si les scripts sont bien réalisés).

Néanmoins, les rédacteurs web SEO sont toujours aussi demandés sur les autres types de contenus, en particulier en ce qui concerne la création d’articles de blog. Dès lors qu’il faut vérifier soigneusement les sources, faire une veille minutieuse et apporter un point de vue original, rien ne remplace pour le moment l’humain ! 

ChatGPT remplace donc le rédacteur web dans certaines missions, généralement à faible valeur ajoutée. En revanche, l’IA ne change pas la rémunération des rédacteurs web SEO sur les autres types de contenus (pages fixes et articles de blog).

Besoin d’un résumé ? Voici les 3 éléments les plus importants à connaître :

Laisser un commentaire